Wombat CityWombat City

A rococo, multiethnic cityscape extends as far as the eyes can see. This urban labyrinth is the natural habitat of our six teenagers, «The Wombat Kids». Although they are lazy and apathetic, they do feel implicated in the world surrounding them. They comment upon it philosophically, and their insights are mature, yet sweetened by a certain naivety. Their preoccupations resemble our own, and as we contemplate this society set about fifty years in the future, we are forced to admit that nothing has really changed. «Wombat City» is a romantic fable, tinged with poetry and old-fashioned innocence. From these tales of urban life, a series of comico-sociological vignettes emerges, seen from a resolutely individual viewpoint through the eyes of our protagonists. «Wombat City» is ironic, cosmopolitan, surreal, and self-mocking. The resulting caricature, only slightly exaggerated, is an indictment of the woes afflicting Western consumer society, as sampled through the testimony and dry wit of our actors.

La ville à perte de vue, ethnique et baroque. Dans ce dédale urbain, six gamins, les «Wombat Kids» (*). Bien qu’oisifs et paresseux, ils sont concernés par le monde qui les entoure. Ils l’observent avec une certaine philosophie, vision à la fois mature et teintée d’innocence. Leurs préoccupations sont proches des nôtres et dans cette société située à environ cinq décennies, force est de constater que rien n’a véritablement changé. «Wombat City» est une fable atmosphérique, teintée d’humour décalé et de poésie. Chronique urbaine, c’est une série de peintures sociales vue sous l’angle résolument intimiste de nos protagonistes. «Wombat City» est en quelque sorte un réquisitoire (à peine) caricaturé de nos sociétés urbaines occidentales et de ses travers, que l’on sonde par le biais du regard et de l’humour acerbe de nos acteurs. Rires garantis. Le wombat est un marsupial de petite taille qui fait d’énormes efforts pour dénicher un lieu le plus ensoleillé possible, y creuse son terrier puis se laisse, le reste du temps, bercer par les rayons du soleil. Les cinq gamins ont adopté la philosophie de cet animal, se baptisant les «Wombat Kids»… Yo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *